Ressources

Un aperçu de la santé visuelle

Girls From IndiaEnviron 400 millions de personnes dans le monde sont aveugles ou ont une vision partielle. C’est dans les pays en voie de développement que se retrouvent 90 % des cas de cécité et l’on qualifie la perte de vision de cause et de résultat de la pauvreté.

Au Canada, plus de 800 000 personnes sont aveugles ou ont une vision partielle. Au Canada, puisque les maladies oculaires les plus communes sont liées à l’âge et que le nombre d’aînés continue d’augmenter, on s’attend à ce que le nombre de Canadiens aveugles ou ayant une vision partielle double au cours des 25 prochaines années.

Les contrecoups de la perte de vision sont importants. Ils touchent le travail, le revenu, la confiance en soi, la dignité, les relations familiales, la capacité de conduire un véhicule, les loisirs, la participation communautaire et les activités quotidiennes. Dans certains cas, les personnes qui perdent la vue n’ont pas les mêmes droits et avantages que leurs concitoyens et sont victimes d’isolement et de mépris. Bien que la perte de vision ne soit pas, à proprement dit, fatale, elle peut avoir des conséquences sérieuses sur la santé, comme la dépression clinique et, dans le cas des personnes âgées, les chutes provoquant une entrée prématurée dans un centre d’hébergement.

En plus de toucher directement l’autonomie et la qualité de vie d’une personne, la perte de vision a des incidences économiques considérables. Ainsi, au Canada, le coût financier de la cécité et de la vision partielle est estimé à 15,8 milliards de dollars par année, ce qui inclut 8,6 milliards de dollars de frais directs sur le système de santé.

En fait, il est étonnant d’apprendre qu’environ 75 % des cas de perte de vision pourraient être évités ou traités. Voilà pourquoi Vision 2020 Canada s'engage à travailler à l’échelle nationale et internationale pour éliminer les cas de cécité évitable, et ce, dans le cadre de l’initiative mondiale Vision 2020 : Le droit à la vue.

Le coût de la perte de vision au Canada : rapport sommaire 2009

GrandmaEn 2008, INCA et la Société canadienne d’ophtalmologie (SCO) ont confié à Access Economics Pty Limited, une société indépendante de renommée internationale offrant les services d’économistes-conseils, le mandat d’effectuer une étude exhaustive sur le coût de la perte de vision au Canada et ses incidences sur les gouvernements, les employeurs et tous les Canadiens. Spécialiste des prévisions et analyses basées sur des modèles dans le domaine de la santé, Access Economics avait auparavant mené deux études sur le coût de la perte de vision, l’une en Australie et l’autre aux États-Unis.

Il s’agit de la première étude du genre au Canada. Faite selon une méthode prudente et fondée sur la prévalence, l’étude repose sur des sources existantes autorisées de données et de recherches canadiennes. Le multiculturalisme et les tendances démographiques futures du Canada y sont pris en compte. Dans la mesure du possible, les auteurs ont utilisé des coûts connus qui reflètent correctement les vraies dépenses et politiques gouvernementales canadiennes. Les conclusions sont détaillées et représentent incontestablement les données les plus probantes que l’on puisse trouver à l’heure actuelle. Ce rapport sommaire contient un résumé du rapport intégral intitulé : Le coût de la perte de vision au Canada, publié simultanément en 2009, de même que des données, recherches et analyses supplémentaires qui élargissent et définissent le contexte de manière à clarifier l’incidence de la perte de vision au Canada.

Pour télécharger le Rapport sommaire.

© Copyright 2011 Vision 2020 Canada